Denis DIDEROT
Lycée
Marseille - tél : 04 91 10 07 00
 

Théâtre Joliette Minoterie le 20 janvier - Rome l’hiver

samedi 23 janvier 2016, par M. Usseglio, professeur d’italien

Rome l’hiver, Quelques jours avec Hitler et Mussolini de Ranuccio Bianchi Bandinelli a été mis en scène par Noël Casale et Xavier Marchand. Noël Casale et Xavier Marchand se sont emparés du journal intime de Ranuccio Bianchi Bandinelli, éminent professeur d’art antique, communiste et antifasciste, réquisitionné en 1938 pour guider Hitler et Mussolini lors de la visite officielle de Rome...

Il est tellement appréciable de collaborer avec des personnes aussi compétentes et enrichissantes que Rachida Rougi et Rebecca Piednoir du théâtre de la Minoterie. Alors monter un projet, le voir s’en aller jusqu’ à son épicentre devient docile. Ainsi l’après -midi s’enfuit trop vite, apprendre devient un jeu d’enfant et on peut se complaire dans l’histoire grande ou petite grâce à l’univers théâtral qui jalonne notre route.

Il est difficile, quand on imagine un dispositif, d’envisager les perspectives à venir et les résultats que l’on en attend. Et parfois, ça fonctionne bien au-delà des espérances. Et pour notre projet théâtre avec la Joliette/ Minoterie, dans le cadre des CVLA italien, tout s’est déroulé selon nos attentes… Le groupe de 14 personnes de Diderot s’est emparé des lieux. Seule ombre au tableau, un système défectueux de chaudière à l’internat qui a empêché certains élèves de se joindre à nous.

Rome l’hiver, Quelques jours avec Hitler et Mussolini de Ranuccio Bianchi Bandinelli a été conçu et mis en scène par Noël Casale et Xavier Marchand. Noël Casale et Xavier Marchand se sont emparés du journal intime de Ranuccio Bianchi Bandinelli, éminent professeur d’art antique, communiste et antifasciste, réquisitionné en 1938 pour guider Hitler et Mussolini lors de la visite officielle de Rome... Ces journées particulières témoignent de la petitesse des dictateurs, de leur insignifiance toute particulière entre stupeur et tourments. La mise en scène propose une vision quasi documentariste des événements d’époque, tout s’appuyant sur la causticité pour dénoncer les errements et la médiocrité humaine au pouvoir.

Avant d’assister à la représentation en début de soirée, nous avons pu visiter le théâtre, son histoire et son déménagement, son archéologie propre, les coulisses, la bibliothèque riche de 9000 ouvrages (tous recouverts d’un papier particulier, lequel absorbe la lumière tombant des verrières le jour et renvoyant sa luminescence la nuit venue, œuvre et performance d’ un artiste belge Franck David) tout en découvrant les métiers techniques, artistiques et administratifs. Nous avons rencontré quelques uns des 9 membres de l’ équipe du théâtre, comme le régisseur général ; ce dernier a évoqué le travail des 3 régies (plateau, lumière, son/vidéo). Avec Rachida, tout fait récit, ses cheveux, ses gestes, l’ondulation de ses lèvres pour la justesse de ses mots.

A 16 h 20, dans les décors de son spectacle : « Rome l’hiver », le metteur en scène et comédien, Noël Casale nous a accueillis afin de présenter le spectacle et parler de ses choix scénographiques. Il a voulu remettre en valeur le cinéma italien d’un Moretti ou des monstres sacrés qui l’ont précédé (en cette si triste journée de vacance pour d’ Ettore Scola) mais aussi les grands moments de l’histoire retranscrits par l’archéologue Bandinelli, professeur émérite en proie aux caprices des hasards d’une existence devenue singulière. Trois quart d’heure plus tard, nous nous sommes joints à Rébecca et à son sourire « pour un moment à la table », pour y inventer un atelier lecture à partir des choix de Noel Casale. Nous avons essayé de donner sens, en théâtralisant les propres textes du metteur en scène sur son expérience romaine, ou choisis … ceux d’Italo Calvino capable de poétiser un étal de fromages, d’en appeler à Pasolini comme caution morale…et cerises sur le gâteau de nous délecter d’un championnat improbable et farfelue : «  Il campionato del mondo della Pizza »

Et « C’era Roma cosi’ lontana/ E c’era Roma cosi’ vicina  » puis il y a Roma, en dedans, au devant, ce personnage cité qui prend toutes les silhouettes, qui suspend toutes les formes pour nous attirer inlassablement … « Il y a des villes dont le seul nom nous illumine », récite Noel Casale dans son « Journal de Rome » , cette Eternelle qui nous accompagne dans les déambulations théâtrales du spectacle de 19 h. Not dark yet…

Il y a des familiarités qui nous honorent… Celles de ce 20 janvier à la Minoterie donnent et font sens.

Portfolio

 
Lycée Denis DIDEROT – 23, boulevard Laveran - 13013 Marseille - tél : 04 91 10 07 00 – Responsable de publication : Mme Isabelle Monnet-Degand - ce.0130050j@ac-aix-marseille.fr
Dernière mise à jour : lundi 21 juin 2021 – Tous droits réservés © 2008-2021, Académie d'Aix-Marseille