Denis DIDEROT
Lycée
Marseille - tél : 04 91 10 07 00 - fax : 04 91 10 07 34

Le Relais de la Mémoire, novembre 2018

lundi 14 janvier 2019, par M. Petitfrère, professeur d’histoire-géographie, Mme Villez, professeure d’anglais

JPEG

Pour cette édition du Relais de la Mémoire qui s’est déroulée du 29 novembre au 2 décembre 2018, la délégation des élèves de Diderot s’est rendue à Newcastle, au Royaume-Uni.

Le thème de cette rencontre internationale était cette année « Les femmes en temps de guerre », un thème très riche autour duquel ont été organisés conférences, tables rondes et ateliers artistiques.

Les élèves ont aussi eu la chance de découvrir la très agréable ville de Newcastle depuis l’auberge où nous étions logés – en même temps que toutes les délégations des autres lycées.

Voici le compte-rendu qu’elles ont fait de ce séjour :

English Weather...English Weather...

• Visite de Newcastle

La Cathédrale St Nicholas

Bien que Newcastle regorge d’édifices et de monuments grandioses, le simple fait de déambuler ses rues est très impressionnant. En effet, la construction de la ville nous a marquées, entre les immenses trottoirs, les habitats anglais typiques aux briques rouges et le cachet architectural des bâtiments.

La première chose que nous avions visitée était la Cathédrale de St Nicholas. Bien qu’elle soit sobre et petite, nous avons pu en apprendre davantage sur l’histoire de la ville, suffisamment retracée au travers des écrits religieux, des mémoriaux et divers objets de culte. 

Puis, c’est plongées dans une période historique lointaine que nous avons visité l’ancienne entrée du château de Newcastle : La Porte Noire (The Black Gate).

Le jour suivant, nous avons traversé le célèbre ’Tyne Bridge’ reliant Newcastle à la ville de Gateshead, avec une magnifique vue sur les rives et ses alentours.

S’il y a bien une chose qui nous a toutes agréablement surprises, c’est l’importance qu’accordent les Novocastriens à la politesse et au respect de chacun. C’est avec la surprise de découvrir un accent bien à eux que nous nous sommes aperçues de leur qualité première : un grand altruisme.

Caroline

Journée du Vendredi 30 novembre

• Conférence – Yvonne Ridley

Yvonne Ridley est une journaliste britannique. Elle a travaillé dans les reportages de guerres pendant plus de 40 ans. Son rôle était de rassembler des témoignages de personnes victimes de la guerre. En 2001 elle été envoyé au Pakistan suite aux évènements du 11 septembre pour témoigner des guerres en Afghanistan.

Elle faisait partie des quelques femmes qui étaient envoyées en zone de guerre pour faire des reportages. Dans sa carrière, Yvonne Ridley a eu beaucoup de moments difficiles comme lorsqu’elle s’est rendu secrètement en Afghanistan pour voir d’elle-même la vie des habitants sous le contrôle des Talibans. Apres 2 jours là-bas, elle a été découverte et emprisonné par les plus dangereux terroristes du monde. Elle pensait qu’elle allait mourir. Lorsqu’elle est rentrée e, Grande Bretagne, elle a reçu beaucoup d’encouragements d’autres femmes.

Elle est venue lors de cette rencontre témoigner de ce qu’elle a vécu pendant sa carrière et à quel point elle soutient les femmes et les enfants en temps de guerre, qui ont été victimes de brutalités causés par les groupes terroriste.

Fatou et Claudine

Tables rondes des témoins

• Grace Dunn

En compagnie de l’historienne Grace Dunne, nous avons suivi l’atelier sur la célèbre Anne Franck et sa famille. Retraçant toute son histoire, nous avons ensuite réfléchi sur les formes de rébellions (directes ou indirectes) que l’on mettre en œuvre contre les nazis pendant la 2nde Guerre mondiale.

Caroline

• Sue Booth

J’ai pu assister au témoignage de Sue Booth. En 1992, elle rejoint l’armée territoriale et elle faisait partie de la “Royal Army Medical Corps”(un corps de la British Army qui assure les services de soins médicaux au personnel des armées et à leurs familles en temps de guerre ou de paix). Elle a été qualifiée en tant qu’infirmière au “Queen Alexandra’s Royal Army Nursing Corps”(corps des infirmiers de la British Army) en Mars 2005 et elle a été mobilisée en Afghanistan au Camp Bastion comme chef d’équipe des urgences. Ensuite elle nous a parlé de la différence entre la “National Health Care” (système de santé publique du Royaume-Uni) et les hôpitaux militaires, elle parlait plus précisément du nombre de patients qui est énorme à la “National Health Care” comparé aux hôpitaux militaires. Elle nous a parlé de la préparation pour l’Op Herrick, il faut avoir 15 ans d’expérience militaire ( compétences militaires et maniement des armes, savoir lire une carte, vivre dans de mauvaises conditions, savoir diriger et travailler en groupes), il y a aussi le pre-op test et entraînement militaire, le pre-op évaluation de la condition physique et médicale et le pre-op entraînement et exercice médical. En Afghanistan, au Camp Bastion,elle vivait dans une chambre de 6m².

Après cette expérience, elle a changé sa vision de la vie, elle apprécie les petites choses du quotidien et elle a pris conscience de comment la guerre affecte les autres.

Whitney

• Rudolf Mülan

Notre témoin s’appelle Rudolf Aloïs Mülan. Il est tchécoslovaque et est né en 1937. Sa mère était Viennoise et son père était Tchèque. Rudolf a quitté Prague quand il avait huiy ans, un mois avant son neuvième anniversaire.

Son père a commencé à travailler dans la distribution des films en Allemagne, Hitler a donc décidé de le rendre Allemand lui et sa famille, ce qui était très dur à l’époque. Durant la guerre Rudolf a dit qu’il avait passé de très bons moments, que sa famille gagnait assez d’argent et qu’il avait beaucoup de jouets, il vivait la belle vie. Son père est devenu le soldat d’Hitler le 12 avril 1942. Durant toute son enfance Rudolf a idolâtré Hitler, il l’aimait et l’admirait comme tout le monde. Mais au bout d’un certain moment, quand il a grandi et qu’il avait assez de conscience pour comprendre ce que faisait Hitler, il a commencé à le détester.

Son témoignage était très touchant et très agréable à écouter. Il prenait également beaucoup de plaisir à nous raconter son histoire.

Boussaïna

Heather Mann

Lors de notre voyage à Newcastle de nombreuses personnes sont venues nous raconter leurs histoires concernant la guerre ou autre événement tragique de leurs vies. Mais l’une d’entre elles, Mme Heather Mann, une historienne, n’est pas venue nous parler de son histoire mais plutôt titiller notre sensibilité sur un sujet bien précis « le racisme ».

Elle nous a demandé ce qu’on pensait du racisme ; comment on l’interprétait ? est ce à cause de cette idéologie que de nombreux événements sont survenus dans le passé ? Cette question a soulevé de nombreuses autres questions, qui ont à leur tour engendré un débat d’une heure environ et nous ont fait prendre conscience de nombreuses choses. On ne naît pas raciste, on le devient. Pour des raisons différentes, par peur de l’inconnu et du changement la plupart du temps.

Est ce pour cette raison que les génocides existent ? Le fait que cette jeune femme soit venue pour nous poser cette question pleine de sens nous a ouvert les yeux sur de nombreuses choses et de nombreux sujets plus importants les uns que les autres.

Myriam

Journée du Samedi 1 décembre

Le dernier jour nous sommes parties explorer le ’Musée de Découverte’ (The Discovery Museum), basé sur la science et l’histoire novocastrienne où de nombreuses expositions scientifiques et découvertes révolutionnaires sont présentées.

Le fameux « double-decker »

Conclusion

Lors de notre dernier séjour à Dame Allan’s School, un succulent buffet d’au revoir fut préparé par les cuisiniers de l’école et au cours de ce buffet, chaque organisateur prononça un discours sur le ressenti du séjour ainsi que le parcours relais de la mémoire et son sujet : la condition de la femme durant la guerre.

Le discours m’ayant le plus touché et captivé fut celui sur le Brexit prononcé par Mr. William -Bill- Lomas, ancien directeur adjoint de l’école et ancien principal de l’école des garçons.

Le « Brexit » est une abréviation de « British exit » et désigne la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne. Le 23 juin 2016 un vote a eu lieu et en effet 52% des Britannique ont décidé de quitter l’UE, dont leur pays faisait partie depuis 1973 et était même l’une des trois puissances politiques majeures avec la France et l’Allemagne. Certains Anglais pensent qu’en sortant de l’Union Européenne, leur indépendance et leur économie seront renforcées et d’autres pensent que le pays ne fera que s’appauvrir en sortant de l’UE. Bill, a lui été dans son discours, plus précis sur les raisons qui ont poussé les Anglais à quitter l’Union Européenne, il nous a expliqué que l’Angleterre a tout d’abord toujours eu un pied à l’intérieur de l’UE et l’autre à l’extérieur : par exemple ils ont préféré garder leur monnaie (la livre sterling) au lieu d’adopter l’euro. Ils ont aussi choisi de rester à l’écart de l’espace Schengen, un ensemble de 22 pays de l’UE où l’on peut circuler sans contrôle aux frontières.

Il a fini avec émotion en disant que ce Relais de la mémoire est une bonne chose pour l’échange culturel ainsi que pour tisser des liens dans le monde entier et que ce Brexit rendrait cela difficile. Mais il a confiance en la nouvelle génération et espère nous voir faire les bons choix dans l’avenir.

Tatiana

Ressenti des élèves :

« École : Très propre et agréable. Très « expressif » et colorée (nombreuses affiches, prix affichés, photos etc...) n’étant pas habituée je n’avais pas l’impression d’être dans un lycée 

Élèves/uniformes : Élèves qui me semblaient toujours souriants et motivés, curieux et sociables. Quant aux uniformes, j’ai beaucoup aimé 

Cantine/nourriture  : petit déjeuner et repas très différents de la France, je n’ai trouvé ça ni très bon ni mauvaise (pas d’entrées ni de pain ou de baguette)

Newcastle : ville très propre, mais souvent du mauvais temps, grande politesse des habitants, construction de la ville impressionnant : trottoirs immenses, habitats anglais typiques aux briques rouges, cachet architectural des bâtiments etc

Impact du relais : amélioration en anglais 

Les autres juniors : bonne entente et entraide

Les différences de culture : déstabilisant au départ comme par exemple les uniformes à l’école mais c’est toujours sympa de découvrir d’autres cultures. »

Caroline

« Ce voyage nous a permis de voir les pratiques des britanniques sur certains points comme l’école. Effectivement il y a une très grande différence entre les équipements sportifs de l’école et ceux de notre lycée (le terrain de rugby, très surprenant et très grand, qui fait ’’10X le lycée !!!’’). Les élèves portent des uniformes ce que l’on n’a pas l’habitude de voir et je pense que leur école n’est pas laïque car nous avons vu des filles portant le voile.

Au niveau de la cantine et de la nourriture, nous n’avons pas l’habitude de manger salé à 8h de matin. Le menu est très diversifié, il y a des plats pour toutes les pratiques alimentaires ce qu’il n’y a pas au lycée. Newcastle est une ville très charmante avec des habitants très accueillants.

Durant ce voyage de quatre jours, on a pu visiter la ville avec un bus à l’impériale ; il y a beaucoup de monuments historiques. Ce voyage organisé par le Relais de la mémoire nous a permis de faire connaissance avec d’autres personnes qui n’ont pas la même culture que nous et cohabiter avec eux fut un plaisir car ils sont très gentils et sympathiques. »

Fatou et Claudine

« New Castle est vraiment une ville magnifique, le marché de Noël est juste trop beau et là-bas, les magasins sont tellement grand comme le Primark. La nourriture était juste délicieuse, surtout quand on a mangé le petit déjeuner à Dame Allan’s avec le bacon dans le pain à hamburger. Ce qui m’a le plus perturbée c’est qu’on mangeait vraiment très tôt. Les autres juniors sont sont super sympas et l’école est super belle, ça change de la France et les costumes aussi. »

Whitney

English gastronomy

« Ce voyage à Newcastle est vraiment l’une des plus belles expériences de ma vie. Pour moi qui ai déjà voyagé dans plusieurs pays, l’Angleterre est de loin le plus beau pays où je me suis rendu. Tout est plus grand, plus bon, cela fait rêver et donne envie d’y vivre. Les anglais sont gentils, polis et très accueillants. J’ai également fait de très belles rencontres, qu’ils soient marseillais, allemands ou anglais, ils resteront à jamais dans mon coeur et ma mémoire. Pour conclure, les relais de la mémoire m’ont apporté beaucoup de belles choses et je suis très heureuse et reconnaissante d’en faire partie. »

Boussaïna

La délégation Diderot sur les marches du Château de Newcastle

Portfolio

 
Lycée Denis DIDEROT – 23, boulevard Laveran - 13013 Marseille - tél : 04 91 10 07 00 - fax : 04 91 10 07 34 – Responsable de publication : Mme Marie-Christine Viviers - ce.0130050j@ac-aix-marseille.fr
Dernière mise à jour : mardi 14 juillet 2020 – Tous droits réservés © 2008-2020, Académie d'Aix-Marseille